• Garden Stage
    vendredi 5•juillet•2024
    23:40•00:40

Bert Dockx... À quel genre ce touche-à-tout musical aux multiples talents ne s’est-il pas encore essayé ?Il y a le rock psychédélique (Flying Horseman), la langue néerlandaise (Strand), les reprises pop sous son propre nom et, bien sûr, le jazz alternatif avec Dans. Lorsque Jazz Lab lui a demandé d’être la tête d’affiche des célébrations de son 25e anniversaire en 2018, le guitariste-leader anversois y a ajouté Ottla. De cette collaboration, qui se voulait ponctuelle à l’origine, avec cinq autres musiciens est né un magnifique album éponyme avec de longues compositions attrayantes et étouffantes comme « Spiderweb » et « Dust Cloud ». En 2021, il a signé avec le même groupe une bande sonore gorgée de lignes de guitare lyriques, de solos de clarinette improvisés et d’une section rythmique tantôt froide, tantôt chaude et sombre, pour souligner le monologue « Kroniek van het Vuur » (Chronique du feu) de Josse De Pauw, le célèbre acteur, réalisateur de cinéma et metteur en scène de théâtre flamand. Il faut se rendre à l’évidence : Ottla a cessé depuis longtemps d’être un groupe éphémère.

 

Sur son nouvel album intitulé « Bird », sorti cette année, le soleil brûle. L'éphémère s’est transformé en un superbe oiseau, sauvageon à tire-d'aile interprétant une fusion unique de « jazz-impro-électro-noise-prog-afro-blues-groove-punk-krautrock ». Ottla est devenu un quartet sans sacrifier la puissance musicale. Dockx initie un dialogue avec le multi-instrumentiste Thomas Jillings qui, en plus du saxophone et de la clarinette, se déchaîne sur les synthétiseurs. La section rythmique, composée du bassiste Gerben Brijs et du batteur Louis Evrard, assure la tension et le tonnerre dans une forêt d’effets. Résultat : une nouvelle musique débordant de rebondissements et de chansons qui continueront sans aucun doute à se transformer en direct avec toute la spontanéité originelle de la première rencontre des musiciens. L’oiseau est désormais libre comme l’air.